Le BREXIT est en marche

brexit-shutterstock2

Nous y sommes. Ce 29 Mars marquera un tournant dans l’histoire du pays avec le lancement officiel du divorce du Royaume-Uni et de l’Union Européenne. 

Que va-t-il se passer le mercredi 29 Mars ?

Concrètement, le Royaume-Uni enverra une lettre à Bruxelles pour informer que ces derniers veulent et vont quitter l’UE et ainsi lancer formellement le processus. Cette lettre lancera le début des négociations. Négociations qui ne seront pas de tout repos puisque beaucoup de questions restent encore à ce jour en suspens, comme le statut des Européens vivant au Royaume-Uni.  Le président du Conseil européen Donald Tusk annonce qu’il présentera dans les 48 heures suivantes « l’ébauche des lignes directrices du #Brexit pour les États membres de l’UE à 27 ». Les négociations effectives ne devraient commencer que six à huit semaines après le déclenchement britannique.

 

Quels sont les plans de Teresa May ?

Mme May  souhaite une rupture « claire et nette » avec l’UE, pour cette dernière « le Royaume-Uni ne peut pas continuer à faire partie du marché unique » de 500 millions de consommateurs, incompatible avec la priorité de Londres : la maîtrise de l’immigration européenne. Cependant elle déclare que même après les deux ans de négociations, il n’y a aucune obligation de résultat et qu’elle ne préfère pas d’accord plutôt qu’un mauvais accord. Le gouvernement est clair sur ses objectifs : établir un accord qui fonctionne pour toutes les nations et régions du Royaume-Uni et bien sûr à toute l’Europe, un partenariat positif est à mettre en place et souhaité.

 

Qu’EN est-il des ressortissants européens ?

La priorité sera maintenant de «créer autant de certitude et de clarté que possible pour tout les citoyens, toutes les entreprises et tous les États membres qui seront touchés négativement par le Brexit, ainsi que nos partenaires importants et nos amis à travers le monde». Mme May n’a pour l’heure avancée aucune information mais le sort des ressortissants européens est une priorité absolue. Les accords doivent être pris en accord avec les pays membres de l’union européenne, elle souhaite bien évidemment protéger les citoyens britanniques qui sont installés partout en Europe. Il faudra de toute façon s’attendre à des négociations au corps à corps qui ne seront vraiment effectives au minimum en Juillet 2019. Il est question ici de la libre circulation des biens mais il n’y aura pas de libre circulation des biens sans libre circulation des personnes. Ce sera une longue route vers la sortie, puisqu’ici il ne s’agit pas seulement d’un simple accord, tout est à revoir, les services, les personnes, les entreprises mais aussi les britanniques vivants dans l’UE.

Comme la déclaré le député conservateur Philip Davies, « personne n’aurait jamais l’idée de faire expulser quiconque étant arrivé chez nous légalement ».

 

Qu’EN est-il de l’Ecosse ?

La première Ministre Ecossaise menace d’organiser un nouveau référendum sur l’indépendance si les intérêts de sa nation ne sont pas pris en compte, rappelons que les écossais  ont votés à 62% en faveur du « non ». Aujourd’hui même, les parlementaires écossais  vont autoriser leur première ministre Nicola Sturgeon à demander l’aval de Londres pour organiser cette consultation, elle l’envisagerait pour fin 2018 ou début 2019.

 

La suite c’est quoi ?

Bruxelles a déclaré que les 27 pays membres de l’UE se réuniront le 29 avril prochain pour un sommet spécial, afin de définir le cadre des négociations. Les camps auront jusqu’en mars 2019 pour s’entendre, mais les pourparlers pourront être prolongés d’un commun accord. Plongeant ainsi l’UE dans une incertitude puisque ce sera la première fois de l’histoire qu’un membre claque la porte.

Parmi les sujets brûlants figure la facture de sortie de l’UE, en effet Bruxelles pourrait exiger des Britanniques jusqu’à 60 milliards d’euros mais le sort des Européens installés au Royaume-Uni sera comme déjà dit une priorité absolue. A ce jour Mme May refuse de garantir leurs droits avant d’avoir obtenu des assurances similaires pour les Britanniques.

D’un point de vue économique, impossible de se prononcer également à ce jour. L’Europe va perdre une de ces trois grandes puissances et une des plus importantes places financières au monde.

 

Nous aurons plus d’informations le 29 mars mais surtout le 29 avril avec le sommet spécial de l’UE. Deux ans c’est une longue route et qui sait ce que l’avenir nous réserve alors notre conseil est de visiter le Royaume-Uni dans tous ces recoins et continuer à profiter  de cette merveilleuse expérience qu’est Londres sans avoir peur de vous faire arrêter à la frontière ;).  L’UE n’a pas dit son dernier mot à Mme Brexit.

 

Retrouvez nos informations sur House London Trip

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *