Être payé pour faire la fête ? C’est le défi de ce jeune entrepreneur français, Guillaume Faure !

 

Nous avons interviewé Guillaume, ce jeune entrepreneur français venu étudier à Londres qui a développé l’application MineApp.

Il s’est lancé le défi de pouvoir permettre aux gens d’être payer lorsqu’ils sortent. Nous l’avons donc interrogé sur sa start-up ainsi que son parcours londonien.

Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Guillaume Faure, j’ai 25 ans. Je viens de Marseille et je suis arrivée en 2017 pour faire un master en marketing international à Coventry University. C’est d’ailleurs ici que j’ai rencontré mon co-fondateur pour MineApp.

Capture d’écran 2019-06-21 à 15.12.19

Comment as-tu décidé de te lancer dans ce projet d’entreprise ?

Au départ, c’était un projet entrepreneurial de création d’entreprise pour le master mais comme je suis attiré par l’entrepreneuriat depuis toujours j’ai décidé de me lancer dans une réelle expérience. Et ayant bossé dans le monde de la nuit et de la restauration j’ai voulu lier ces deux univers.

J’ai donc démarré à travailler sur mon idée en septembre 2017.

C’était donc une idée qui venait de chez moi que j’ai voulu lancer dans un marché à fort potentiel, Londres.

 

Quels sont des partenaires actuels ?

Au niveau interne on a aujourd’hui 2 developers  (1 spécialisé dans le back-end et 1 dans le front-end), 2 business developers et 1 designer. C’est donc une entreprise jeune et dynamique avec une moyenne d’âge de 25/30 ans.

Les bars/boites de nuits sont les principaux partenaires des clients et du côté des utilisateurs cela va être le circuit universitaire (4/5 universités).

Le but étant de développer un grand nombre d’évènements.

Je suis également partenaire de certaines entreprises comme House London Trip lors de ces évènements grâce à la relation d’ami que j’ai avec Chakir.

 

Peux-tu me résumer le principe de l’application ?

L’application consiste à être payer pour sortir, on ne demande pas aux utilisateurs de changer leurs habitudes de consommations.

Le principe étant de générer des  Mine Coins  à chaque interaction entre les bars et les clients. Une fois que vous accumulez des Mine Coins, vous pourrez les dépensez dans les établissements partenaires.

65144837_2375356359420278_6815196419587047424_n.jpg

Participes tu actuellement à des évènements de la communauté française à Londres ?

Les afterworks HLT sont les seuls évènements que je fais dans la vie française à Londres. Je viens principalement pour voir Chakir et également car j’ai travaillé au sein de l’entreprise House London Trip. En réalité je travaille également dans une pizza afin de me rémunérer en parallèle de MineApp et c’est la principale raison pour laquelle je ne suis pas très actif avec la communauté française londonienne. Mais les afterworks HLT restent toujours un moment très sympa !

J’espère aussi organiser une soirée de lancement cet été dans le but de tester l’application et de fédérer une communauté qui me fera un feedback sur le début.

 

Quelles sont tes perspectives d’évolution pour MineApp ?

Tout d’abord le monde de l’hôtellerie dans un sens plus large avec les restaurants, hôtels

etc.. Pourquoi pas en ayant recours à des ambassadeurs par exemple.

Sur le développement de l’application c’est une optimisation totale des processus et de la capacité de notre service.

 

T’as commencé à bosser sur le projet seul, comment c’est constituer ton équipe ?

J’ai pensé a plein de concepts au début, je suis allé demander conseil à mon co-fondateur qui était au départ un camarade de classe et l’aventure a commencé. On a ensuite construit l’équipe grâce au bouche-à-oreille notamment pour les développeurs.

Capture d’écran 2019-06-21 à 15.14.22.png

Comment avais tu trouvé House London Trip ?

C’est du bouche à oreille, mon amie avec qui je cherchais à trouver le premier logement a lu plusieurs recommandations sur l’entreprise et on a décidé de s’y fier. Car il existe beaucoup d’arnaques sur le marché londonien et c’est agréable de savoir que quelqu’un sur place cherche pour nous.

 

Comment c’était passer le service ?

On avait visité plusieurs appartements avec Chakir, de mémoire c’était 6/7 dans la même journée et au final on a décidé de prendre le premier vers Dalston. Et après cette bonne journée bien remplie on était allés boire un verre pour faire le point autour d’un pastis car Marseille nous manquait déjà.  Encore une fois, la relation client est au top, par rapport à une agence immobilière classique ! Le côté humain lié à la recherche personnalisée est une réelle force de l’entreprise et de sa valeur ajoutée.

 

Comment est-tu devenu salarié de l’entreprise ?

En tant qu’étudiant il me restait 3 mois et je souhaitais travailler à côté. C’était une période où HLT avait besoin d’une personne supplémentaire, ce fut une superbe opportunité !

J’ai vraiment aimé cette expérience, comme je t’expliquai précédemment la relation et la proximité avec les clients c’est très sympa au quotidien.

 

Question bonus, que penses-tu du Brexit ?

Je n’ai pas vraiment peur car si cela se complique au UK, j’ai l’avantage de pouvoir travailler à distance et je ne vois donc pas l’impact que ça pourrait avoir directement sur le business. Après je ne sais pas, on verra bien !

Posted in: Uncategorised

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *